L’exposition

« Faut-il toujours travailler à l’ancienne ? Ayons le courage d’innover ! » Affiche de G. Kamenskikh, G. Tcherniavskiï, 1990 Un micro-ordinateur se substitue au marteau, symbole de l’industrie soviétique. C’est pendant la perestroïka que la micro-informatique fait son entrée tardive dans la société soviétique. Moscou, Agitplakat (120 x 72 cm) Coll. BDIC, © G. Kamenskikh, G. Tcherniavskii

Donner à voir :
affiches, photographies, presse

Plus que des discours, les documents de la BDIC, auxquels s’ajoutent des prêts du Musée d’histoire politique de Saint-Pétersbourg, de la Bibliothèque publique historique d’État de Moscou et de l’association Memorial, donnent à voir ces bouleversements et permettent d’en mesurer l’ampleur. Depuis la Révolution de 1917, la BDIC s’est attachée à collecter affiches, photographies, presse officielle et informelle, archives sur le monde soviétique. Cet ensemble d’une richesse exceptionnelle constitue un témoignage de premier plan des dernières années de l’URSS.
L’affiche est une des formes principales de présence de l’image dans l’espace public : l’inventivité des graphistes s’exprime ainsi dans le traitement critique des questions d’environnement ou de santé publique. Média qui circule à la fois à l’intérieur du pays et à l’étranger, la photographie de presse révèle des scènes inédites tant dans les rues des principales villes que dans des lieux propres au régime soviétiques ou désertés auparavant comme les églises. Enfin, la collection majeure de presse « informelle » de la BDIC est mise à l’honneur depuis les bulletins d’information éphémères jusqu’aux véritables journaux indépendants.

Publicités